GNU/Linux and opensource news gathered

http://linux.feeder.ww7.be
«  février 2018  »
lundi mardi mercredi jeudi vendredi samedi dimanche
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 1 2 3 4
retour à la date courante

Aujourd'hui 13 nouvelles :


  • Ubuntu Server development summary – 06 February 2018, par David Britton, 6 février 2018

    mardi 6 février 2018 :: Ubuntu - news, usn :: RSS
    Lire la suite David Britton
  • Développeur Confirmé Symfony 3 en startup en CDI à Paris-20E-Arrondissement 45000-54000, 6 février 2018

    mardi 6 février 2018 :: Remixjobs : emplois linux :: RSS
    Société : FoodMeUp     Lieu : Paris-20E-Arrondissement     Type : CDI     Rémunération : 45000-54000     Posté le : 5 févr. 2018
    Nous avons besoin d'un Developer Backend Symfony confirmé, capable d'impulser une énergie fantastique à notre équipe et l'aider à délivrer rapidement.



    Il vous faudra :
    - faire de la veille et proposer au CTO des choix architecturaux, des outils pour mieux travailler
    - participer aux sprints / coder vite, faire grandir les équipes, être garant de la productivité de l'équipe backend
    - maintenir les serveurs, gérer le déploiement, le monitoring, les jobqueue, etc.
    - travailler de concert avec le product owner pour qualifier la valeur des tickets du sprint et le planifier de manière optimale
    - possibilité d'évolution vers le rôle de lead developer backend


    Il s'agit à la fois d'un challenge technique et d'une aventure qui permet de construire un vrai leader et à l'occasion de laquelle il faut mettre en place toutes les meilleures pratiques techniques. Lire la suite
  • Dr House en Performance Réseaux & Apps H/F en CDI à Lyon 35000-44000, 6 février 2018

    mardi 6 février 2018 :: Remixjobs : emplois linux :: RSS
    Société : ISIS Performance     Lieu : Lyon     Type : CDI     Rémunération : 35000-44000     Posté le : 5 févr. 2018
    Que ferez-vous ?
    Après une période de missions en binôme avec un Consultant expérimenté, les missions auprès de clients PME ou Grandes Entreprises de quelques jours à quelques semaines seront menées en autonomie, avec le  soutien permanent  des Consultants d'ISIS Performance.
    La formation aux outils et technologies utilisés est continue et sera particulièrement importante les premiers mois. Des  maquettes de laboratoire ou prototypes clients  seront à mettre en œuvre.
    Lire la suite
  • Développeur web et mobile ! (H/F) en Stage à Paris 25000-34000, 6 février 2018

    mardi 6 février 2018 :: Remixjobs : emplois linux :: RSS
    Société : Datapp     Lieu : Paris     Type : Stage     Rémunération : 25000-34000     Posté le : 6 févr. 2018
    • mise en route et ajustements visuels et fonctionnels simple sur l'application Datapp (ionic) et le back office associé (mais peu de code serveur)
    • mise en place de nouvelles fonctionnalités structurantes (extract de données dynamique, génération automatique de graphe, gestion de l'OCR…) qui vont impliquer une compréhension full stack complète
    • prolongement du niveau administrateur du back office pour l'ouvrir à des clients finaux en l'associant à un module de paiement 
    • intégration de nouvelles briques permettant à Datapp de mettre à disposition la richesse des technologies qui existent aujourd'hui mais qui se sont pas utilisées en entreprise  : lien bluetooth avec des capteurs externes (thermomètre BT, capteur de luminosité…), mise à jour de l'architecture de la plateforme (services, versionning, réseau…) pour répondre aux besoins à venir (déploiement on premise, utilisation LAN…), 
    Lire la suite
  • Numérique Libre à l'ère du Cloud : se résigner à vivre dans écosystème Google ? - Tristan Nitot, par mmorandi, 6 février 2018

    mardi 6 février 2018 :: Nouvelles de l’April :: RSS
    Titre : Le numérique Libre à l'ère du Cloud : faut-il se résigner à vivre dans l'écosystème Google ? Intervenant : Tristan Nitot Lieu : Capitole du Libre - Toulouse Date : novembre 2017 Durée : 54 min 35 Visualiser la conférence Licence de la transcription : Verbatim NB : transcription réalisée (...) Lire la suite mmorandi
  • Understanding Automation for eCommerce Stores, par bekarice, 6 février 2018

    mardi 6 février 2018 :: WooThemes :: RSS
    “Automation” gets thrown around like a dirty word when used in relation to your business: “I don’t want to automate customer service, I hate not talking to a real person.” “I don’t want to automate emails, they’ll lose their personal feel.” “I won’t automate these fulfillment workflows, I want to be sure they’re accurate.” Too […]
    The post Understanding Automation for eCommerce Stores appeared first on WooCommerce. Lire la suite bekarice
  • Libre en Fête 2018 : découvrir le logiciel libre à l'arrivée du printemps, par fcouchet, 6 février 2018

    mardi 6 février 2018 :: Nouvelles de l’April :: RSS
    Pour la dix-huitième année consécutive, l'initiative Libre en Fête est relancée par l'April. Entre le samedi 3 mars et le dimanche 8 avril 2018 inclus, dans une dynamique conviviale et festive, des événements auront lieu partout en France pour permettre au grand public de découvrir les (...) Lire la suite fcouchet
  • Update to ICANN’s KSK Rollover, par Erin Scherer, 6 février 2018

    mardi 6 février 2018 :: Team ARIN :: RSS
    ICANN has announced new plans to roll the root zone KSK on 11 October 2018. This decision was made based on community feedback after ICANN announced plans last year to postpone the root KSK rollover that was originally scheduled for 11 October 2017. The decision to postpone was based on newly discovered information that there were not enough DNS resolvers ready for the rollover.

    Next steps:


    ICANN has opened a formal public comment period to receive community input on a draft plan to proceed with the KSK rollover project. This comment period will run until 1 April 2018.
    According to the ICANN website, “the plan calls for rolling the root zone KSK on 11 October 2018, continuing extensive outreach to notify as many resolver operators as possible, and publishing more observations of the RFC 8145 trust anchor report data. Additional details are contained within the plan.”
    Additionally, they are planning a session at ICANN61 in Puerto Rico to further discuss the plan.
    As before, there is no action that you need to take with us here at ARIN. We are simply passing this message along to ensure our community is aware of this impactful change. We are not involved in the rollover itself, nor will anything here at ARIN change as a result of the rollover.

    Want to learn more? Check out these resources from ICANN:


    Links:
    Documents
    Have a Question?
    Send an email to globalsupport@icann.org with “KSK Rollover” in the subject line to submit your questions.

    The post Update to ICANN’s KSK Rollover appeared first on Team ARIN. Lire la suite Erin Scherer
  • website design & construction by PeeJayJay, 6 février 2018

    mardi 6 février 2018 :: CMS projects and jobs for freelancer :: RSS
    NOTE: This is a FIXED PRICE project under the terms of freelancer.com. I will not enter into any negotiation on price unless significant changes to the specification are agreed. You have SEVERAL DAYS in order read the specification and ask questions BEFORE you submit your bid... (Budget: £20 - £250 GBP, Jobs: CMS, HTML, Website Design, WordPress) Lire la suite
  • Pour la députée Sabine Rubin, la directive sur le droit d'auteur met en danger les forges logicielles, par egonnu, 6 février 2018

    mardi 6 février 2018 :: Nouvelles de l’April :: RSS
    Dans une question écrite n°5128 publiée au journal officiel le 6 février 2018 la députée Sabine Rubin (France Insoumise) interpelle la ministre de la Culture, Françoise Nyssen, sur les dangers que fait porter l'article 13 du projet de réforme de la directive droit d'auteur sur les forges (...) Lire la suite egonnu
  • Building Slack for the Linux community and adopting snaps, par Sarah Dickinson, 6 février 2018

    mardi 6 février 2018 :: Ubuntu - news, usn :: RSS

    Used by millions around the world, Slack is an enterprise software platform that allows teams and businesses of all sizes to communicate effectively. Slack works seamlessly with other software tools within a single integrated environment, providing an accessible archive of an organisation’s communications, information and projects. Although Slack has grown at a rapid rate in the 4 years since their inception, their desktop engineering team who work across Windows, MacOS and Linux consists of just 4 people currently. We spoke to Felix Rieseberg, Staff Software Engineer, who works on this team following the release of Slack’s first snap last month to discover more about the company’s attitude to the Linux community and why they decided to build a snap.
    Install Slack snap

    Can you tell us about the Slack snap which has been published?


    We launched our first snap last month as a new way to distribute to our Linux community. In the enterprise space, we find that people tend to adopt new technology at a slower pace than consumers, so we will continue to offer a .deb package.

    What level of interest do you see for Slack from the Linux community?


    I’m excited that interest for Slack is growing across all platforms, so it is hard for us to say whether the interest coming out of the Linux community is different from the one we’re generally seeing. However, it is important for us to meet users wherever they do their work. We have a dedicated QA engineer focusing entirely on Linux and we really do try hard to deliver the best possible experience.
    We generally find it is a little harder to build for Linux, than say Windows, as there is a less predictable base to work from – and this is an area where the Linux community truly shines. We have a fairly large number of users that are quite helpful when it comes to reporting bugs and hunting root causes down.

    How did you find out about snaps?


    Martin Wimpress at Canonical reached out to me and explained the concept of snaps. Honestly, initially I was hesitant – even though I use Ubuntu – because it seemed like another standard to build and maintain. However, once understanding the benefits I was convinced it was a worthwhile investment.

    What was the appeal of snaps that made you decide to invest in them?


    Without doubt, the biggest reason we decided to build the snap is the updating feature. We at Slack make heavy use of web technologies, which in turn allows us to offer a wide variety of features – like the integration of YouTube videos or Spotify playlists. Much like a browser, that means that we frequently need to update the application.
    On macOS and Windows, we already had a dedicated auto-updater that doesn’t require the user to even think about updates. We have found that any sort of interruption, even for an update, is an annoyance that we’d like to avoid. Therefore, the automatic updates via snaps seemed far more seamless and easy.

    How does building snaps compare to other forms of packaging you produce? How easy was it to integrate with your existing infrastructure and process?


    As far as Linux is concerned, we have not tried other “new” packaging formats, but we’ll never say never. Snaps were an easy choice given that the majority of our Linux customers do use Ubuntu. The fact that snaps also run on other distributions was a decent bonus. I think it is really neat how Canonical is making snaps cross-distro rather than focusing on just Ubuntu.
    Building it was surprisingly easy: We have one unified build process that creates installers and packages – and our snap creation simply takes the .deb package and churns out a snap. For other technologies, we sometimes had to build in-house tools to support our buildchain, but the `snapcraft` tool turned out to be just the right thing. The team at Canonical were incredibly helpful to push it through as we did experience a few problems along the way.

    How do you see the store changing the way users find and install your software?


    What is really unique about Slack is that people don’t just stumble upon it – they know about it from elsewhere and actively try to find it. Therefore, our levels of awareness are already high but having the snap available in the store, I hope, will make installation a lot easier for our users.
    We always try to do the best for our users. The more convinced we become that it is better than other installation options, the more we will recommend the snap to our users.

    What are your expectations or already seen savings by using snaps instead of having to package for other distros?


    We expect the snap to offer more convenience for our users and ensure they enjoy using Slack more. From our side, the snap will save time on customer support as users won’t be stuck on previous versions which will naturally resolve a lot of issues. Having the snap is an additional bonus for us and something to build on, rather than displacing anything we already have.

    What release channels (edge/beta/candidate/stable) in the store are you using or plan to use, if any?


    We used the edge channel exclusively in the development to share with the team at Canonical. Slack for Linux as a whole is still in beta, but long-term, having the options for channels is interesting and being able to release versions to interested customers a little earlier will certainly be beneficial.

    How do you think packaging your software as a snap helps your users? Did you get any feedback from them?


    Installation and updating generally being easier will be the big benefit to our users. Long-term, the question is “Will users that installed the snap experience less problems than other customers?” I have a decent amount of hope that the built-in dependencies in snaps make it likely.

    What advice or knowledge would you share with developers who are new to snaps?


    I would recommend starting with the Debian package to build your snap – that was shockingly easy. It also starts the scope smaller to avoid being overwhelmed. It is a fairly small time investment and probably worth it. Also if you can, try to find someone at Canonical to work with – they have amazing engineers.

    Where do you see the biggest opportunity for development?


    We are taking it step by step currently – first get people on the snap, and build from there. People using it will already be more secure as they will benefit from the latest updates. Lire la suite Sarah Dickinson
  • Les bibliothèques sous le règne du capitalisme, par Framalang, 6 février 2018

    mardi 6 février 2018 :: Framagora :: RSS
    Les bibliothèques ont toujours joué un rôle de gardiens de nos biens littéraires. Mais face à la tendance croissante à l’appropriation de la culture par le marché, elles sont peu à peu devenues de véritables ovnis dans le paysage culturel nord-américain.

    Gus Bagakis est professeur de philosophie à la retraite de l’Université d’État de San Francisco. Il revient ici sur ce mouvement destructeur qui vise à transformer les bibliothèques publiques en simples institutions privées à but lucratif.
    Traduction Framalang : paul, Edgar Lori, Mannik, Aiseant, claire, jums, Goofy
    Source : revue en ligne Truth-out : Libraries Under Capitalism : The Enclosure of the Literary Commons
    bibliothèque et nombreux lecteurs
    Photo Steven Ramirez (Domaine public)

     

    L’une des institutions les plus subversives des États-Unis,
    c’est la bibliothèque publique.
    – Bell Hooks

    Nos biens communs littéraires des bibliothèques publiques sont peu à peu mis sous cloche et deviennent inaccessibles au public à cause d’une série de lois de nos gouvernements – à la fois locaux, nationaux et fédéraux – qui s’inclinent devant les diktats et les priorités des entreprises. La bibliothèque publique est l’un des rares endroits où les gens peuvent entrer gratuitement, accéder gratuitement aux documents et y séjourner sans devoir acheter quoi que ce soit. La valeur des bibliothèques publiques ne réside pas seulement dans les documents qu’elles prêtent ou dans le modèle non commercial qu’elles incarnent, mais aussi dans le bien commun qu’elles représentent : un endroit public qui offre aux citoyens des espaces intellectuels libérés, propices aux dialogues et à l’organisation de la communauté.

    Les bibliothèques sont en train de passer d’un modèle de service public à celui d’entreprises à but lucratif, ce qui conduit à la destruction d’un espace public.


    En riposte à cet emprisonnement, le New York Times plaide pour des moyens supplémentaires en faveur des bibliothèques. Le quotidien de la Grosse Pomme présente les bibliothèques comme des lieux où les enfants pauvres viennent « apprendre à lire et à aimer la littérature, où les immigrés apprennent l’anglais, où les chômeurs perfectionnent leurs CV et lettres de motivation, et où ceux qui n’ont pas accès à Internet peuvent franchir le fossé numérique… Ce sont des refuges pour penser, rêver, étudier, lutter et – c’est le cas de nombreux enfants et personnes âgées – pour être simplement en lieu sûr, à l’abri de la chaleur. »
    Un article de la revue Public Library Quarterly intitulé « Les bibliothèques et le déclin de l’utilité publique » ajoute : « [les bibliothèques] contribuent à rendre possible la sphère démocratique publique ». L’auteur alerte également sur le fait que les bibliothèques sont en train de passer d’un modèle de service public à celui d’entreprises à but lucratif qui entraînent la destruction d’un véritable espace public.
    Nous avons besoin de moyens supplémentaires pour permettre aux bibliothèques publiques de survivre. Nous devons empêcher la transformation de nos bibliothèques, institutions culturelles, éducatives et communes, en entreprises privées. Afin de comprendre plus clairement d’où viennent ces problèmes, nous devons d’abord comprendre comment les bibliothèques ont historiquement été influencées par le capitalisme.

    Les bibliothèques comme système de contrôle social


    Lorsqu’on étudie le développement et le déclin des bibliothèques publiques, on constate que les changements sont souvent imputables à l’objectif premier du capitalisme : le profit. Si quelque chose évolue défavorablement – autrement dit, si une chose menace la possibilité de profit – celle-ci devient un bouc émissaire opportun pour réduire les moyens dans les budgets des administrations locales, nationales ou fédérales. Les bibliothèques publiques, l’éducation publique et l’espace public représentent trois victimes actuelles de l’influence du capitalisme car elles sont devenues des « dépenses inutiles » qui entravent l’accroissement des profits.
    Afin de contextualiser notre étude, rappelons que le capitalisme est un système économique fondé sur une main-d’œuvre salariée (travail contre salaire), la propriété privée ou le contrôle des moyens de production (usines, machines, exploitations agricoles, bureaux) et la production de marchandises en vue d’un profit. Dans ce système, un petit nombre de personnes qui travaillent pour de très grandes entreprises utilise sa puissance financière et politique pour orienter les priorités, les financements et les mesures gouvernementales en fonction de leurs propres intérêts. Même si le capitalisme a connu des évolutions, l’une de ses composantes demeure inchangée : la lutte pour la richesse et le pouvoir qui oppose les entrepreneurs et les travailleurs. Dans la mesure où les entreprises capitalistes possèdent l’argent et le pouvoir, on peut soutenir qu’elles contrôlent la société en général.
    Mais en période de dépression, la classe ouvrière, bien plus nombreuse, souffre et réagit ; elle s’organise et se bat pour de meilleures rémunérations, davantage de bénéfices et de puissance. Ainsi, la réaction des travailleurs face à la Grande Dépression qui a conduit au New Deal de Franklin D. Roosevelt dans les années 1930, a permis de réguler le capitalisme, pour mieux le préserver. La rébellion des travailleurs était due en partie à une répartition excessivement inégale des richesses durant cet Âge d’Or, période où la classe capitaliste accumulait une richesse considérable aux dépens des travailleurs. Un contexte d’inégalité d’ailleurs semblable à celui que nous vivons aujourd’hui, à l’ère de notre Nouvel Age d’Or.
    Ce conflit entre les patrons et les travailleurs transparaît aussi dans l’histoire des bibliothèques publiques. Les bibliothèques font partie d’un système de contrôle social : elles fournissent des ressources et une éducation aux immigrants. Quand les patrons encouragent la création de bibliothèques, c’est qu’ils les voient comme terrain d’essai pour immigrés au service de leur industrie. Par exemple, à Butte Montana, en 1893, la nouvelle bibliothèque Carnegie a été présentée par les propriétaires de mines comme « un antidote au penchant des mineurs pour la boisson, les prostituées et le jeu » et comme un moyen de favoriser la création d’une communauté d’immigrés afin de limiter la rotation du personnel.
    Andrew Carnegie, capitaliste philanthrope en son temps, offre un bel exemple de la volonté de la classe capitaliste de maintenir le système de profits et d’empêcher une révolte ouvrière. Dans son article « Le Gospel de la Richesse », publié en 1889, il défend l’idée que les riches peuvent diminuer la contestation sociale par le biais de la philanthropie. Il est préférable selon lui de ponctionner les salaires ouvriers, collecter les sommes puis les redistribuer à la communauté. S’adressant aux ouvriers avec condescendance, Carnegie expliquait : « Si j’augmente vos salaires, vous allez dépenser votre argent pour acheter une meilleure pièce de viande ou plus de boissons. Mais ce dont vous avez besoin, même si vous l’ignorez, ce sont mes bibliothèques et mes salles de concert ».
    La générosité de Carnegie était bien comprise : diminuer les possibilités de révolte ouvrière et maintenir ou augmenter ses propres profits. Certes c’était un homme généreux, mais il n’était pas vraiment impliqué dans un changement de société, comme il l’a démontré par ses multiples actions autour de la ségrégation. À l’époque de la ségrégation raciale, les Noirs n’avaient généralement pas accès aux bibliothèques publiques dans le Sud des États-Unis. Plutôt que de favoriser l’intégration raciale dans ses bibliothèques, Carnegie a fondé des bibliothèques distinctes pour les Afro-Américains. Par exemple, à Houston, Carnegie a ouvert la Bibliothèque Carnegie pour Personnes de Couleur en 1909. Même si l’on doit reconnaître néanmoins sa générosité dans la construction de plus de la moitié des bibliothèques sur le territoire des États-Unis avant 1930. En outre, les bibliothèques se sont multipliées en réponse au besoin d’éducation publique, notamment pour les quelque 20 millions d’immigrés arrivés dans le pays entre 1880 et 1920,dans le but de fournir de la main-d’œuvre bon marché et de soutenir le système capitaliste.
    Dans notre monde régi par le capitalisme, les guerres sont presque toujours le fait de deux classes dirigeantes (ou davantage) qui se disputent l’accès à des profits, des ressources ou des territoires. Dans ces luttes, la propagande est un outil précieux. Ainsi, durant la Première Guerre Mondiale, la vocation des bibliothèques a basculé vers une américanisation progressive des immigrés, y compris par l’élimination d’ouvrages « antipatriotiques car pro-Allemands ». Durant la Seconde Guerre Mondiale, par opposition aux autodafés nazis, les bibliothécaires américains ont considéré les livres comme des armes de guerre. Pendant la Guerre Froide (1947-1991), certaines bibliothèques publiques ont également servi d’instruments de propagande pour la politique étrangère du gouvernement fédéral : comme la loi sur l’enregistrement des agents étrangers (Foreign Agents Registration Act, FARA) qui a conduit les bibliothèques à filtrer des documents soviétiques.
    À la même époque, l’association ultraconservatrice John Birch Society dépêchait ses membres dans toutes les bibliothèques publiques du pays pour vérifier si le Livre bleu de l’association était bien disponible dans leurs rayonnages. Ce Livre bleu mettait en garde contre l’ennemi qui s’apprêtait à transformer les États-Unis en état policier communiste et laissait entendre que le Président Eisenhower était un agent communiste. En 1953, au plus fort de la chasse aux sorcières, un membre de la Commission des recueils de textes de l’Indiana a dénoncé l’œuvre Robin des bois comme une œuvre de propagande communiste, et demandé son retrait des écoles et des bibliothèques au prétexte que le héros prenait aux riches pour donner aux pauvres. Fort heureusement, quelques étudiants courageux de l’Université d’Indiana ont résisté et organisé le mouvement de la plume verte (Green Feather Movement) en référence à la plume sur le chapeau de Robin des bois.

    L’offensive économique contre les bibliothèques


    À la fin des années 1970, la formation des travailleurs immigrés n’est plus la préoccupation des entreprises capitalistes car la main-d’œuvre ne manque plus. À partir de ce moment également, le financement des bibliothèques publiques commence à reculer. Après le 11 septembre 2001, la peur s’intensifie dans la population, tout comme s’intensifie la surveillance d’État. L’une des mesures prises par le gouvernement, conformément à la section 215 du Patriot Act, consiste à forcer les bibliothèques à divulguer des informations sur leurs usagers.
    Quelques bibliothécaires courageux protestent, comprenant qu’une telle exigence représente un danger pour les libertés individuelles. Ainsi, l’association des bibliothécaires du Vermont adresse une lettre au Congrès pour s’opposer aux dispositions du Patriot Act concernant les bibliothèques. La propagande des États-Unis face à la montée des tensions au Moyen-Orient pose problème à un certain nombre de bibliothécaires qui s’alarment des symboles hyper-patriotiques affichés dans les bibliothèques juste après les attaques du 11 septembre (affiches, posters, pamphlets). Dans une lettre cosignée faisant état de leurs inquiétudes, ils écrivent : « ce type de communications inhabituelles risque de créer une atmosphère intimidante pour certains usagers des bibliothèques. »
    Dès la fin du XXe siècle et au début du XXIe, la plupart des bibliothèques publiques offrent un espace commun et accueillant, qui encourage l’exploration, la création et la collaboration entre étudiants, enseignants et citoyens. Innovantes, elles combinent des supports physiques et numériques pour proposer des environnements d’apprentissage. En 1982, l’American Library Association (ALA) organise la semaine des livres censurés (Banned Books Week) pour attirer l’attention sur les livres qui expriment des opinions non orthodoxes ou impopulaires et mettent ces ouvrages à disposition de tous les lecteurs intéressés.
    Mais à l’époque, la classe capitaliste est mal à l’aise et craint des « effets de démocratisation » liés à l’activisme des années 1960 : droits civiques, droits LGBTQ, sensibilisation écologique, mouvements étudiants et actions de dénonciation de la guerre du Vietnam. Les milieux d’affaires conservateurs contestent alors le capitalisme régulé hérité du New Deal et introduisent le néolibéralisme, une variante du capitalisme favorisant le libre échange, la privatisation, l’intervention minimum de l’État dans les affaires, la baisse des dépenses publiques allouées aux services sociaux (dont les bibliothèques) et l’affaiblissement du pouvoir de la classe ouvrière. Certains d’entre eux se réfèrent au Mémorandum Powell (1971), une feuille de route destinée aux milieux d’affaires conservateurs pour les encourager à s’élever et se défendre contre une prétendue attaque de la libre entreprise par des activistes comme Ralph Nader, Herbert Marcuse et d’autres qui étaient censés avoir pris le contrôle des universités, des médias et du gouvernement. À l’autre bout du spectre, les internationalistes progressistes de la Commission trilatérale publient un document intitulé La crise de la démocratie (1975), qui suggère que l’activisme des années 1960 a transformé des citoyens auparavant passifs et indifférents en activistes capables d’ébranler les équilibres en place.
    Le ralentissement de l’immigration des travailleurs dans les années 1970 et le stress de l’austérité due à la montée du néo-libéralisme ont provoqué le déclin des services sociaux, dont le système des bibliothèques publiques. Certaines d’entre elles dérivent vers un modèle d’entreprise lucrative qui considère les utilisateurs comme des clients et suivent un modèle entrepreneurial. Elles utilisent les relations publiques, la marchandisation de l’information, l’efficacité, l’image de marque et le mécénat pour augmenter leurs capacités de financements. L’argent qui provenait de taxes locales, nationales et fédérales, indispensable au maintien des services publics, a été transféré dans les poches des sociétés privées, dans l’entretien du complexe militaro-industriel, ou entassé dans des paradis fiscaux. La classe moyenne s’est fait berner par les promesses de réductions d’impôt, parce qu’on lui a dit que la baisse des taxes allait augmenter les dépenses, et donc dynamiser l’économie américaine. Elle a donc suivi, à tort, les grandes entreprises, alors que la perte des institutions publiques nuit à tous sauf aux riches.
    Et pourtant toutes ces attaques contre les bibliothèques publiques ont eu lieu en dépit du fait qu’elles sont un excellent investissement pour les contribuables. Par exemple, une étude de 2007 à propos de la bibliothèque de San Francisco a montré que pour chaque dollar dépensé par la bibliothèque, les citoyens avaient reçu 3 dollars en biens et services.
    Bien qu’utilisées par un nombre croissant de personnes, les bibliothèques ont encore vu leurs moyens diminuer sous l’effet de la récession de 2008. En Californie, les aides d’État pour les bibliothèques ont été complètement supprimées en 2011. La Louisiane a suivi l’exemple de la Californie en 2012. Des coupes budgétaires sévères ont frappé simultanément les bibliothèques publiques de la ville de New York, la bibliothèque de Dallas, celles de l’État du Massachusetts et bien d’autres. Le budget fédéral actuel contient un plan qui élimine l’agence de support des musées et bibliothèques (Institute of Museum and Library Services) dont les ressources ont été progressivement réduites par les administrations précédentes, qu’elles soient démocrates ou républicaines.
    Le renforcement des coupes budgétaires cause l’extinction de nos biens communs littéraires. Alors, comment les défenseurs des bibliothèques publiques peuvent-ils aider celles-ci à survivre et à promouvoir des valeurs démocratiques réelles et une pensée critique ? Tout d’abord, nous devons bien cerner le sort des bibliothèques publiques à la lumière de l’histoire du capitalisme. Ensuite, nous devons nous organiser et mener une lutte pour protéger les bibliothèques publiques comme espaces de lien communautaire et d’action potentielle, contre ce fléau qu’est l’asservissement au capitalisme oligopolistique. Lire la suite Framalang
  • Looking for developer on website and mobile application. by itman9999, 6 février 2018

    mardi 6 février 2018 :: CMS projects and jobs for freelancer :: RSS
    Hello, freelancers. I am looking for developer to work on web and mobile project. Please bid on my project. You'd better to upload your resume if possible. Anyone without resume is also welcomed. You need to know php, cms, android dev tools and ios development... (Budget: $30 - $250 USD, Jobs: Android, CMS, HTML, iPhone, PHP) Lire la suite